Protège-tibia et blessures: la réalité médicale et scientifique…

Quelles sont les blessures les plus fréquentes au football?

La pratique du football suppose pour chacun l’acceptation d’un risque de blessure, et ce quel que soit le niveau auquel le joueur évolue. En effet, dans un sport de duel, les excès d’engagement et les imprécisions donnent fréquemment lieu à des blessures plus ou moins sérieuses. En conséquence, plus de 42% des fractures constatées des os de la partie inférieure de la jambe (tibia et péroné) proviennent de gestes défensifs directs à engagement maximum (tacle glissé). Secondairement, les collisions entre un joueur de champ et un gardien de but occasionnent 26% des fractures subies en situation de compétition. On trouve en troisième position des situations à risque les phases de lutte pour la récupération d’un ballon libre, avec 23% des blessures, ce qui est expliqué en grande partie par la propension de ces situations à se conclure par un geste de très haut engagement (tacle glissé, « semelle » sur le ballon…). Enfin, il faut noter que dans 90% des cas de fractures, les joueurs portent des protège-tibias. Il est donc important de se questionner sur l’efficacité globale de l’offre de marché, et sur l’adaptation des tailles, des formes et designs aux zones effectives de blessure.

Données d’analyse: comment mesurer la protection?

La plupart des références de protège-tibias mises en vente en Europe répondent à une norme-cadre qui régit la certification des produits de protection liés au football, mais aussi à de nombreux autres sports collectifs ou individuels. Cette réglementation stipule un protocole d’analyse basé sur la seule résistance des matériaux, en grande partie via la reproduction d’impacts sur un banc d’essai, validé par un test d’endommagement visuel. Il n’y est pas question d’efficacité réelle en absorption d’impacts. C’est la raison pour laquelle il est pratiquement impossible de dissocier le bon du mauvais produit sur cette catégorie d’équipements. Ainsi, on observe lors d’études complémentaires menées sous mandats privés une grande disparité d’efficacité des produits à tous les niveaux de la gamme. En des termes plus concrets, on peut dire que le prix d’une protection est peu voire pas du tout corrélé à son efficacité réelle. Les tests par capteurs de pression matérialisent d’ailleurs de façon très visuelle cette disparité (voir graphique).

A la lecture de ce graphique, on observe une amplitude de résultats très importante, symbolisant le décalage éxistant entre les critères de certification en vigueur et la préoccupation réelle de protection du sportif, qui représente pourtant la raison d’être première du produit et de son obligation d’utilisation en compétition (loi de 1990). A un niveau de gamme sensiblement équivalent, on constate sans aucune difficulté que, d’une technologie à l’autre, cette exigence est satisfaite de manières très variable. On doit a lors se poser une question simple: quelles sont les caractéristiques qui créent la protection? C’est ce que nous verrons dans un prochain article sur virtusfootball.com.

D’ici-là bon match à tous, et à bientôt sur virtusfootball.com!

L’équipe Virtus

jssm-13-120-g003

Graphique comparé de la répartition des forces contondantes entre 4 types de protège-tibia de différentes marques

Mon panier
Votre panier est vide